Vous êtes ici : espace professionnel < élevage < gestion < tourteau colza
Le tourteau de colza en élevage laitier
Elevage
Dans cette période d'instabilité économique où les éleveurs laitiers subissent une baisse du prix du lait, il est nécessaire de proposer des alternatives pour soulager les trésoreries et donc d'explorer de nouvelles stratégies. La recherche de rations moins coûteuses passe entre autre par l'utilisation de matières premières comme le tourteau de colza.

Parmi les matières premières disponibles sur la région, le tourteau de colza est celui qui peut se substituer le plus facilement et le plus rapidement aux correcteurs azotés dans les rations à base de maïs ensilage. Ce n'est pas un produit nouveau puisqu'il est largement utilisé dans la constitution des aliments du commerce, par contre il est encore trop peu utilisé pur comme concentré correcteur dans la ration des vaches.
Pourtant, les tourteaux de colza d'aujourd'hui sont issus de cultures à base de variétés 00 à très faibles teneurs en glucosinolates, ils sont donc sans risque pour la santé des vaches laitières. Preuve en est faite puisque aujourd'hui près de 40% des éleveurs laitiers de Haute-Marne l'utilisent en pur dans les rations depuis une dizaine d'années sans problèmes sanitaires (mammites, repro…).

- techniques d'élevage
- santé animale
- gestion des exploitations d'élevage
- outils de gestion
- identification
- sélection animale
- chevaux
- ovins
- apiculture

Le tourteau de colza : un correcteur azoté à part entière.

Comparé au tourteau de soja qui est « la référence », le tourteau de colza est riche en composés cellulosiques qui pénalisent sa valeur énergétique. Sa teneur en matières azotées est plus faible, ce qui en fait un correcteur azoté moins concentré. Il est plus fermentescible dans le rumen, la fraction azotée est plus soluble et sa teneur en PDIE plus faible.
Le tourteau de colza, plus riche en phosphore et calcium, permet de réduire les apports en minéraux dans la ration, il suffit alors de complémenter avec un minéral sans phosphore qui  coûte  moins cher.
Ces propriétés en font un concentré correcteur à part entière qui peut se substituer au soja pour corriger des rations déficitaires en protéines.
le tourteau de colza pur : ça marche aussi !!
Mode d'emploi : 1,5 kg de colza pour 1 kg de soja
Le tourteau de colza peut être distribué sans restriction comme correcteur azoté en ration complète ou semi complète sur la base de 1,5 kg de colza pour 1 kg de soja remplacé.
Les essais réalisés par l'Institut de l'Elevage (voir tableau ci contre) ne soulignent aucun inconvénient technique à l'utilisation du tourteau de colza dans les rations contenant plus de 50% d'ensilage de maïs. Ces résultats d'essais sont confirmés par des observations de terrain réalisées conjointement par le contrôle laitier et la Chambre d'Agriculture en Haute-Marne.
Le remplacement en totalité du tourteau de soja par du tourteau de colza dans des rations riches en ensilage de maïs entraîne un maintien de l'ingestion du fourrage et permet une augmentation de la production laitière. L'effet sur les taux se traduit par moins de TB et une légère augmentation du TP. Sur des rations à dominante ensilage d'herbe et foin qui utilisent une forte proportion de céréales, 1 kg de tourteau de colza se substitue à 600g de tourteau de soja et 200g de céréales.
Dans la pratique, le tourteau de colza s'utilise indifféremment en farine ou en granulé ; seules des distributions élevées en complémentation individuelle (>40% du total) nécessitent une forme granulée.
Pour des vaches en début de lactation à haut niveau de production, il peut être justifié d'apporter une partie du correcteur sous la forme tannée pour rééquiliber le niveau de la ration en PDIE. 
Dans tous les cas, il faut respecter une transition pour le remplacement de l'ancien correcteur azoté par du tourteau de colza afin que les vaches s'habituent au nouveau produit (texture, odeur et goût) et d'éviter une baisse de l'ingestion du troupeau.
Il est nécessaire d'adapter le minéral, c'est généralement un CMV du type 0P 30Ca qui sera utilisé pour l'équilibre de la ration.

Il peut être utilisé également pour les génisses et l'engraissement sans problème sur les croissances et le GMQ. Pour des animaux en finition, la substitution peut être totale sur la base de 1,7 kg de colza pour 1 kg de soja.

La parité économique : 80% du prix du tourteau de soja.
En tenant compte des résultats zootechniques observés, sur la production laitière et les taux, et de l'économie sur le minéral, l'intérêt économique pour le tourteau de colza se justifie tant   que le prix de celui-ci est inférieur à 80% du prix du soja. Depuis plusieurs années, le rapport de prix est favorable au tourteau de colza. En général, l'intérêt est moindre sur des rations à base d'herbe qui nécessitent moins de correction en azote et plus en énergie.
Cet hiver, avec du tourteau de colza à 170€/T et du soja supérieur à 280€, même sans effet sur la production laitière, l'intérêt économique est toujours au rendez vous.

Intérêt économique sur quelques rations types
Type de ration100 % maïs75 % maïs
25% herbe
50 % maïs
50% herbe
50 % herbe
50% foin
100 % foin
Ration équilibrée à27 litres25 litres24 litres22 litres20 litres
Soja 48 à 320€/T2,8 kg2,4 kg1,8 kg0,5 kg0,5 kg
Céréales à 110€/T

0,5 kg3,0 kg3,0 kg
Coût par jour pour 50 VL:44,80 €38,40 €31,50 €24,50 €24,50 €
Colza à 170€/T4,2 kg3,6 kg2,9 kg0,8 kg0,8 kg
Céréales à 110€/T


2,9 kg2,9 kg
Coût par jour pour 50 VL:35,70 €30,60 €24,70 €22,80 €22,80 €
Quand la trésorerie le permet, il est plus intéressant d'acheter en grande quantité (par 25 t) et de réaliser des contrats dès que le prix semble intéressant. Ce produit se stocke dans les mêmes conditions que d'autres matières premières. Dans le cas de stockage au sol, il faut veiller aux risques de remontées d'humidité.

Comme tout nouveau produit concurentiel, il faudra faire face à de fausses rumeurs telles que des problèmes  de reproduction, une moindre appétence de la ration ou des excès d'azote soluble. Voici bientôt 10 ans que le tourteau de colza est vulgarisé, ces allégations n'ont pas été  vérifiées sur le terrain.
L'équipe des réseaux d'élevage lait
Pour la Chambre d'Agriculture de Haute Marne : Daniel COUEFFE