Ça n’arrive pas que chez les autres…

Ça parait un peu cari­ca­tu­rale cette his­toire mais ça nous arrive à tous bien sou­vent ce genre de cho­ses ! Oui, oui, même à nous dans le trou­peau !

L’autre fois, Nym­phette, une bonne copine m’a grillée la place en salle de traite. J’étais furieuse car je viens de vêler et j’ai le pis comme une bau­dru­che. J’ai mal, le lait qui coule à cha­que fois que la machine à traire se met en route et en plus je dois faire une sorte de dépres­sion post-natale car j’ai le moral dans les sabots ! Bon, elle me passe devant, en plus elle est lon­gue à traire, c’est une hor­reur ! J’ai vécu le mar­tyre ! Ah ! Elle a mar­ché la petite voix dans ma tête, à me dire “elle l’a fait exprès, elle savait bien que j’ai mal ! C’est sûre­ment pour se ven­ger car elle est jalouse des mes jumel­les (j’ai fait à mon Gégé deux gros­ses femel­les magni­fi­ques ! il était heu­reux !)”.

Et puis, comme je n’ai pas osé lui en par­ler. Je l’ai épiée et du coup j’ai détecté plein de peti­tes cho­ses ano­di­nes dans son com­por­te­ment qui m’ont con­for­tée dans l’idée de la pré­mé­di­ta­tion … J’ai vrai­ment failli per­dre mon amie…

C’est encore Gégé qui m’a sauvé ! Il par­lait avec son copain Lau­rent (un ami d’enfance, son alter-égo) d’un livre sur la com­mu­ni­ca­tion qu’il a lu (il s’inté­resse à tout ce Gégé). Il disait qu’il était tou­jours pré­fé­ra­ble de véri­fier la vérité d’une inten­tion prê­tée à l’autre car bien sou­vent elle était influen­cée par sa pro­pre humeur, son vécu anté­rieur ! En gros, mon humeur mas­sa­crante au moment de cet évé­ne­ment aurait-elle pu biai­ser ma vision de la réa­lité des inten­tions de Nym­phette ? En résumé, au lieu de me mon­ter la tête, j’aurais du lui dire “Quand tu es passé devant moi tout à l’heure, je me suis sen­tie agres­sés car j’ai très mal à la mamelle et l’attente de la traite est un cal­vaire. Du coup j’ai ima­giné que tu l’avais fait exprès pour m’embê­ter et je n’ai pas com­pris pour­quoi” Et là, si elle avait vrai­ment voulu me bles­ser elle aurait été embê­tée car obli­gée de l’avouer et sinon le mal entendu aurait été réglé…
J’ai essayé ça mar­che ! Je vous en repar­le­rai des ces fameux mes­sa­ges “Je” outil magi­que de la com­mu­ni­ca­tion…




DIC­TON DE MAR­GUE­RITE : « Inten­tions prê­tées, dis­pu­tes assu­rées»